MLB The Show 22 est un vétéran avisé, un jeu qui continue de bien performer sur le terrain, malgré certains modes qui semblent être en retard sur le temps. Le développeur Sony San Diego trouve une fois de plus de nouvelles façons de capturer le réalisme du sport et d’ajouter encore plus d’excitation à la bataille déjà fantastique au bâton et au lancer. Compte tenu de la quantité de contenu ici, tous les modes n’ont pas reçu l’attention que nous souhaitons, mais Sony les compense avec d’excellentes nouvelles expériences.

Descendu par une course en fin de neuvième, vous êtes sur le banc, incapable de faire autre chose que de vous ronger les ongles et d’encourager votre coéquipier au marbre. Dans les années passées, en ce moment, vous seriez dans la boîte du frappeur en train de vous balancer vers les clôtures, mais c’est maintenant au tour de votre ami. Même sans bois à la main, être assis dans la pirogue alors que votre ami essaie d’en faire sortir un du parc est étonnamment intense. Cette expérience se déroule dans un mode coopératif merveilleusement conçu au sein de Diamond Dynasty. Grâce à cette nouvelle avenue de jeu, MLB The Show cloue le frisson d’être dans une équipe, vous donnant la chance de discuter de stratégies, d’exécuter des coups et des courses ensemble et, espérons-le, de crier de joie lorsque votre copain écrase un coup de circuit.

Le jeu coopératif est très amusant mais étonnamment peu d’options de matchmaking, permettant seulement des affrontements 2v2 et 3v3 dans les groupes de difficulté de lancer et de terrain souhaités – c’est tout. Étant donné que le baseball est un jeu à neuf joueurs, il est décevant que le nombre de joueurs plus élevé ne soit pas pris en charge, mais le nombre inférieur crée plus d’opportunités de jeu pour chaque joueur. J’applaudis la décision de Sony d’alterner les chauves-souris d’un joueur à l’autre, ce qui signifie que vous ne pouvez pas envoyer votre meilleur ami à la plaque dans des situations critiques – c’est toujours qui est le suivant dans l’ordre. J’aime aussi la façon dont le jeu coopératif encourage à passer du temps dans d’autres modes Diamond Dynasty pour débloquer de meilleures cartes grâce à la collecte de cartes, car les joueurs qui y figurent sont ceux que vous pouvez envoyer sur le terrain.

Chasser des joueurs d’élite classés au diamant est toujours une corvée dans Diamond Dynasty, mais je ne me sentais pas aussi attiré par le fait de dépenser de l’argent réel pour acheter des paquets de cartes autant que je l’ai fait ces dernières années. La plupart des modes offrent d’excellentes récompenses qui aident à constituer rapidement la liste. La plupart des premières recrues seront de la variété argent et or, mais vous obtiendrez très tôt quelques étoiles classées au diamant.

La conquête reste une avenue de jeu satisfaisante pour la collecte de cartes et le nivellement. Le format abrégé de trois manches de ce mode est meilleur que jamais grâce au rééquilibrage de l’IA. Les adversaires de l’ordinateur de Conquest ont maintenant mis en place une clinique stratégique, plongeant dans l’enclos des releveurs, utilisant des coureurs pincés, des coureurs bruants et lançant en double jeux. L’équilibrage affecte également votre jeu, car les lanceurs commencent à se fatiguer beaucoup plus rapidement – parfois de façon comique après seulement un lancer ou deux. Ce sont des changements bienvenus qui suppriment une partie de la répétition dans les mouvements de gameplay.

Si vous aimez le format en trois manches, Sony a ajouté un autre excellent mode pour un jeu rapide : la mini-saison, qui porte bien son nom, propose des matchs en trois manches et une courte saison de 28 matchs que vous pouvez terminer en un week-end. C’est un excellent ajout qui offre une belle sélection de missions en rotation, mais peut être un peu frustrant au début de votre jeu Show, car les équipes d’IA auxquelles vous faites face reproduisent des équipes constituées par de vrais joueurs Show, ce qui signifie que vous pourriez rencontrer une équipe entièrement Diamond pendant que vous êtes envoie toujours des joueurs d’or et d’argent. J’ai développé une routine amusante consistant à rebondir entre Mini Season et Conquest, un chemin qui m’a récompensé avec des paquets de cartes et des bonus d’expérience rapides pour mon rang et mes joueurs.

Quant à l’action sur le terrain, MLB The Show 22 est une fois de plus une pièce maîtresse de l’itération. S’appuyant sur une base déjà excellente, Sony continue de trouver des moyens de resserrer le jeu, d’ajouter plus de réalisme et de réduire les moments répétés. La variété est présentée dans les nouvelles animations de terrain pour tous les types de coups sûrs, la façon dont les joueurs chargent les balles et les nouvelles animations de home run. Il est également plus facile de lire les points de lancement du pitch, et la balle a un peu plus de poids, ce qui signifie que vous verrez des sauts de balle au sol et des trajectoires de vol plus réalistes dès le départ.

La sensation de jeu reste remarquablement fluide, mais ne soyez pas surpris si vous promenez plus de frappeurs que lors des itérations précédentes. Il y a une pénalité plus prononcée pour le manque de précision Pinpoint, conduisant le ballon à sortir de la zone de frappe. Lorsqu’un lanceur manque d’essence, Sony vous fait travailler dans les manches ultérieures, et vous vous fierez probablement davantage aux bras des releveurs, un bon petit moyen de vous garder sur vos gardes et de changer les choses.

Tout en faisant de nombreux progrès, The Show 22 est un peu court dans plusieurs domaines. La répétition est un thème commun dans la cabine de commentaires, composée de deux nouvelles voix : Jon Sciambi et Chris Singleton. Ils offrent un excellent aperçu du sport et jouent bien les uns avec les autres, mais n’ont pas assez de lignes. Si un frappeur de switch arrive, ne soyez pas surpris s’il s’appelle une licorne car vous n’en voyez plus beaucoup. Je crois que j’ai déjà entendu ce dialogue 50 fois.

Certains modes n’ont pas non plus reçu beaucoup de raffinement. Le mode Franchise est en grande partie inchangé, offrant une logique de bloc commercial légèrement modifiée, une masse salariale basée sur des listes de 40 personnes et des améliorations du budget et des contrats. Road to the Show est un artiste récurrent de l’année dernière, mais offre toujours beaucoup de plaisir et l’expérience de joueur profondément connectée à Diamond Dynasty.

Les joueurs à la recherche de nouvelles expériences charnues basées sur la saison les trouveront dans le mode mars à octobre considérablement amélioré. Avec l’accent mis sur le « gagner maintenant », vous pouvez emmener votre équipe à travers plusieurs saisons, profiter d’une rédaction et d’un travail d’équipe bien rationalisés, et vous concentrer sur les efforts individuels des joueurs. J’ai été surpris de voir à quel point cela grattait ma démangeaison du mode Franchise.

Une semaine après le lancement, les performances en ligne de MLB The Show 22 sont fragiles, offrant une latence périodique et des plantages durs (parfois sans récompenses XP). La stabilité en ligne continue d’être un énorme trou dans le swing annuel de MLB The Show. Alors que la nouvelle itération Switch offre tout le contenu des versions PlayStation et Xbox, elle souffre d’un bégaiement de fréquence d’images et d’un scintillement graphique important. Il est toujours jouable et amusant, mais ne porte pas le gros bois de ses frères de console et donne l’impression qu’il tient à peine le coup.

MLB The Show 22 ne réalise pas une performance d’étoiles cette année, mais continue d’être cohérent dans toutes les avenues de jeu et trouve de nouvelles façons de vous donner envie de passer du temps au stade de baseball. Jouer avec des amis en mode coopératif est la fonctionnalité la plus remarquable si vous pouvez l’utiliser, mais le jeu sur le terrain et de mars à octobre impressionnent également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.