Game Freak voulait à l’origine que le premier jeu Pokémon ait 65 000 variantes, au lieu de deux, a-t-il été révélé.

Dans un nouveau rapport de Did You Know Gaming, la chaîne a déniché d’anciennes interviews de l’équipe créative derrière les jeux Pokémon originaux et a découvert que l’équipe voulait initialement que le jeu ait des milliers de différences en fonction d’un numéro attribué au hasard à chaque joueur.

Cette idée a été abandonnée après avoir été présentée à Shigeru Miyamoto, qui a suggéré que les jeux aient simplement des palettes de couleurs différentes, car les 65 000 différences seraient très difficiles à mettre en œuvre.

Remarquer: Pour afficher cette intégration, veuillez autoriser l’utilisation de cookies fonctionnels dans Préférences relatives aux cookies.

Comment cela fonctionnerait serait basé sur le système d’identification de formateur trouvé dans les premiers jeux. Lorsqu’un joueur commence une nouvelle partie de Pokémon Rouge ou Bleu, un numéro compris entre 1 et 65 000 lui est attribué. Il s’agit d’un identifiant de formateur et dans les premières générations, il a été très peu déterminé.

Cependant, cela était à l’origine censé changer les Pokémon apparaissant dans chaque jeu et certains éléments du monde tels que la forme de certaines forêts.

Dans un livre uniquement japonais intitulé « PokeDex » de 1996, le programmeur Takenori Oota a révélé : « Nous avons également envisagé de faire en sorte que chaque jeu génère un numéro d’identification aléatoire la première fois qu’il a été démarré et ce numéro déterminerait quel Pokémon est apparu dans le jeu. »

Alors que le nombre aléatoire est resté et serait utilisé dans les générations suivantes pour déterminer certaines petites choses, la détermination de quel Pokémon est apparu dans quel jeu a été modifiée pour être basée sur la version de couleur achetée par un joueur.

Dans un numéro de 1997 de Famimaga 64, le fondateur de Game Freak, Satoshi Tajiri, a révélé que c’était une visite avec Shigeru Miyamoto qui avait changé d’avis sur le concept.

« La forme d’une forêt, les Pokémon qui apparaîtraient, je voulais faire un jeu qui serait différent pour tout le monde mais c’était difficile. Alors je suis allé consulter Shigeru Miyamoto de Nintendo, et nous avons fini par décider de faire en sorte que selon la couleur – qu’elle soit rouge ou verte – les mondes seraient parallèles, mais différents.

Tajiri, qui a donné peu d’interviews dans sa carrière, a également évoqué l’idée dans un livre de 2000 uniquement au Japon intitulé Pokémon Story. Dans ce document, le développeur a développé le concept en déclarant : « Ainsi, nous avons attribué au hasard des numéros d’identification générés automatiquement de 1 à 65 000 à chaque cartouche de jeu.

Pokémon Scarlet & Violet – bande-annonce

« Avec l’ID de la cartouche déterminé au hasard, les Pokémon capturés dans ces jeux porteraient tous ce numéro d’identification, tant que quelqu’un n’échangeait pas avec 65 000 personnes différentes, les chances d’échanger avec quelqu’un avec le même ID étaient peu probables.

« J’ai parlé à Miyamoto de la façon dont nous ferions comprendre aux joueurs que chaque cartouche est différente lorsqu’ils en achètent une, et il m’a dit que le système semblait intéressant, mais qu’il était un peu difficile à comprendre. Il a dit que si les joueurs ne peuvent pas le dire simplement en le regardant, cela ne fonctionnera pas et ce serait mieux si la couleur ou l’apparence des jeux était différente. « 

Lorsque Pokémon est sorti pour la première fois au Japon en 1996, les versions Rouge et Vert avaient une petite quantité de Pokémon exclusifs à chaque version. Il s’agissait d’encourager les joueurs à acheter le câble Game Boy Link et à échanger entre les versions. Plusieurs versions de la série principale de jeux Pokémon sont depuis lors un incontournable.