Un thriller d’espionnage Netflix à gros budget et une comédie romantique Amazon qui sortira le 22 juillet sont là pour votre plaisir en streaming tandis que la grande et unique sortie en salles est le très attendu « Non » de « Get Out » Jordan Peele (malheureusement, il a été projeté trop tard pour l’examen).

Voici notre tour d’horizon.

« L’homme gris » : Laissez les frères Russo («Captain America: Winter Soldier», «Avengers: Endgame») devenir complètement fous avec leur extravagance d’action Netflix de 200 millions de dollars parsemée d’étoiles, exagérée et spectaculairement absurde. Basé sur le thriller d’espionnage le plus vendu de Mark Greaney, « The Grey Man » ne se soucie pas de ce que les critiques en penseront puisqu’il n’existe que pour emmener le public dans une aventure aux proportions épiques.

En tant qu’assassin américain secret surnommé «l’homme gris», Ryan Gosling surpasse tous les autres acteurs de la distribution, y compris le charismatique et drôle Chris Evans, une huée en tant que némésis moustachu et espion de Gray. Gosling est un très bon espion en fuite, un bouc émissaire ciblé à mort par un ancien patron joué avec une menace coiffée par l’incroyablement beau Rege-Jean Paul de « Bridgerton ». Ajoutez Billy Bob Thornton en tant qu’homme de pointe actuel de l’homme gris et Ana de Armas en tant qu’assassin apparenté, et vous vous retrouvez avec un imposteur de Jason Bourne / « Mission: Impossible » qui échange toutes ses cellules cérébrales contre de la force pure. Encadré autour de séquences d’action à couper le souffle – un feu d’artifice mano-a-mano grandiose en Thaïlande, une poursuite en voiture ridiculement exagérée mais passionnante à Vienne et ainsi de suite, « The Grey Man » fonce, brûlant les millions de dollars destinés à son casting, ses manières de globe-trotter et ses effets spéciaux. Est-ce bien? Pas vraiment. Mais est-ce amusant ? Putain, oui. Détails: 2½ étoiles sur 4 ; ouvre dans les salles et sur Netflix le 22 juillet.

« Tout est possible » : Billy Porter de « Pose » fait ses débuts en tant que réalisateur avec cet effort qui est tout aussi dynamique, ensoleillé et débordant d’attitude pétillante que ses stars. C’est une belle romance de lycée qui est différente – une affaire sexy et douce sur un lien d’amour entre un étudiant amoureux de la nature, qui est trans, et le garçon terriblement mignon de sa classe senior. En tant que duo charismatique de Pittsburgh naviguant sur les préjugés, la jalousie, les trolls des médias sociaux et les parents curieux, Eva Reign et Abubakr Ali sont adorablement irrésistibles – des qualités obligatoires pour une comédie romantique. Contribuer à rendre cela si chaleureux et optimiste est une bande-son énergique, des dialogues vifs et des personnages colorés et leurs modes éclatantes de soleil. « Anything’s Possible » est un petit remontant parfait. Détails: 3 étoiles; disponible le 22 juillet sur Amazon Prime.

« La répétition »: Bien qu’il existe trop de séries de télé-réalité sans calorie, cette série énervée de HBO, avec sa prémisse innovante et inconfortable, ne ressemble à aucune autre. Le comédien Nathan Fielder concocte un concept de type « Truman Show » mettant en vedette de « vraies » personnes, d’un joueur de bar, d’une mère chrétienne évangélique célibataire en herbe et d’un frère évincé d’un testament, etc., répétant leurs rôles et/ ou des échanges de venir à Jésus qu’ils doivent traverser. Cela vous semble étrange ? C’est mais c’est aussi infiniment fascinant car le schéma élaboré trouve Fielder se transformant en un Oz manipulateur, dépassant les limites éthiques et souffrant lui-même de doutes existentiels. La question de l’éléphant dans la pièce est de savoir si « The Rehearsal » est réel. Peu importe, vraiment. C’est un regard franc et peu orthodoxe sur nous-mêmes, notre obsession pour les stars de la télé-réalité et notre désir implacable et souvent égoïste d’être ce marionnettiste solitaire tirant toutes les ficelles et déterminant le sort des autres. « The Rehearsal » est si rare, si intelligent que je soupçonne qu’il sera écrit, disséqué et discuté pendant des années à venir. Détails: 4 étoiles; disponible maintenant sur HBO et HBO Max.

« Bord de la terre »: Moins préoccupés par les raisons pour lesquelles les athlètes extrêmes poursuivent des exploits défiant la mort, et plus enclins à mettre en valeur ces activités dans la nature, ces docuseries HBO en quatre parties donnent aux accros à l’adrénaline et aux aventuriers du fauteuil de nombreuses raisons de griffer leurs canapés en lambeaux. Chaque épisode d’environ 60 minutes suit un groupe différent de preneurs de risques sportifs alors qu’ils combattent les éléments, leur psyché et parfois les uns contre les autres afin d’atteindre leur objectif. Chaque segment contient des clichés à couper le souffle de merveilles mondiales naturelles ainsi que des séquences POV angoissantes. Les réalisateurs Steve et Todd Jones – frères et fondateurs du business des médias de sports extrêmes Teton Gravity Research – mettent leur expertise et leur perspicacité dans l’utilisation énergétique. Ils tracent un périlleux voyage en motoneige/ski/snowboard pour gravir et descendre une montagne en Alaska ; une première excursion en kayak de plusieurs jours sur l’indomptable fleuve Chalupas en Équateur ; un duo escaladant le redoutable Pik Slesova au Kirghizistan et une expédition de surf défiant les vagues impossibles à surfer dans une région reculée d’Afrique du Sud. Les deux premiers épisodes sont disponibles dès maintenant ; le reste sortant les mardis suivants. Si vous aimez avoir les nerfs effilochés, filetés et fricassés, c’est un must. Détails: 3 étoiles; disponible maintenant sur HBO et HBO Max.

« Bonne Madame »: Les femmes noires souffrant de SSPT du système de classe de l’apartheid en Afrique du Sud constituent un thème fertile dans le démantèlement teinté surnaturel de Jenna Cato Bass du privilège blanc qui est loin d’être éteint dans son pays natal. Une Chumisa Cosa mercurielle joue la mère en détresse Tsidi, une féministe qui tient tête à ses frères. Après qu’une confrontation se soit retournée contre la propriété de sa grand-mère décédée, elle et sa jeune fille emménagent temporairement avec maman Mavis (Nosipho Mtebe), une soignante de facto de longue date pour « Madame », qui est alitée dans un manoir et presque oubliée par son adulte. enfants. Tsidi soupçonne bientôt que quelque chose de sinistre est à l’œuvre et ses peurs élevées se transforment en cauchemars. Ou peut-être que ce ne sont pas des rêves. « Bonne Mère » ne vibre pas de gore mais du poids de l’histoire et de l’injustice. La scène de clôture est un choix audacieux, réaffirmant sans un cri ni une goutte de sang tout ce que Bass a si stratégiquement réussi à accomplir. Détails: 3 étoiles; disponible le 21 juillet sur Shudder !

« Mon âne, mon amant et moi »: Dans la comédie dramatique romantique française fatalement imparfaite de Caroline Vignal, une enseignante maladroite a une liaison avec le père marié d’un de ses élèves, puis fait un geste téméraire pour suivre la randonnée familiale de son amant le long des Cévennes. C’est un plan malavisé et l’irritante Antoinette (une exubérante Laure Calamy qui pratique la RCR dans un rôle de DOA) est mal équipée pour l’exécuter en solo, et encore moins avec un âne de prêt nommé Patrick, qui doute naturellement de son dernier client. Cette alouette aérienne mais vraiment sans air a remporté des prix, mais m’a laissé froid à cause des personnages centraux ennuyeux et inconstants. Les amants sont tous les deux des ânes, et à la fin, c’est de l’âne que nous nous soucions. Pas étonnant qu’il obtienne la vedette. Détails: 2 étoiles; dans certains cinémas le 22 juillet.

« Elle va »: L’actrice célèbre mais en déclin Veronica Ghent (Alice Krige) cherche, paie et exige un peu de R&R après avoir subi une mastectomie. Elle se retire donc avec une infirmière à court terme Lois (Amy Mason) qu’elle traite misérablement dans une auberge isolée en Écosse. Son agent de voyages devrait être viré. Non seulement l’endroit est réservé pour une retraite artistique prétentieuse où les gars (y compris Rupert Everett) expliquent et expliquent tout, mais il est situé sur un site où les femmes ont été qualifiées de sorcières et brûlées sur le bûcher. Veronica puise dans les esprits cendrés qui l’entourent puisqu’elle aussi a souffert aux mains des hommes, en particulier celles d’un réalisateur acclamé (Malcolm McDowell). Dans son premier long métrage de crackerjack, la co-scénariste / réalisatrice Charlotte Colbert apporte une touche féministe à ces procédures atmosphériques surnaturelles. Krige est son baril de poudre et elle cloue chaque ligne délicieuse, y compris « Je ne vais PAS faire l’activité de groupe misérable », avec une théâtralité à la Gloria Swanson. « She Will » est un début fantastique avec une incroyable performance principale. Détails: 3 étoiles; maintenant en streaming sur plusieurs plateformes.

« Les deux côtés de la lame »: La preneuse de risques non conventionnelle Claire Denis propose l’un de ses meilleurs films à ce jour, une romance triangulée sournoise et inquiétante qui ravive les vieilles rancunes et les désirs et reflète métaphoriquement les relations politiques enchevêtrées au Moyen-Orient. Comment s’en sort-elle ? Vous n’aurez qu’à voir cet envoûtant et ses superbes performances de Juliette Binoche, Vincent Lindon et Grégoire Colin. C’est un film astucieux et distinctif qui défie vos propres perceptions tout au long. Détails: 3½ étoiles; dans certains cinémas le 22 juillet.

Contactez Randy Myers à [email protected]

https://colab.research.google.com/drive/1YxsVbOk1S0ucF6ZbJLh0ajklQRHkW10G

https://colab.research.google.com/drive/1J9VSp-lIJQvFpAARr6Z1jh87FDKeOVCg

https://colab.research.google.com/drive/1E3kYlYTvRYcZxWknpd8lgHdQYFOSdkRp

https://colab.research.google.com/drive/1IExPizWSjYcpME6jbV2uUFxWIsCVQGAa

https://colab.research.google.com/drive/11GdcZesJr9DxDRP5jTy3GZfi7drSaKvU

https://colab.research.google.com/drive/1tqQqt9SYTdKSmDKcq7CC2Qp4uRe3aT_9

https://colab.research.google.com/drive/1dQ6igUge0DfkKcLQhs_gDt1t1meSsHiV

https://colab.research.google.com/drive/1jBEnj4kxOAc9dejNmWGP4ztodEd88OGT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.