Maîtriser un art martial prend des années, voire toute une vie. Les disciples doivent affiner leur corps au point d’effectuer chaque attaque, chaque contre, chaque mouvement avec une précision extrême. Un guerrier habile doit se déplacer sans réfléchir. De même, maîtriser le système de combat de Sifu demande un haut degré de dévouement et de pratique. Comme un véritable artiste martial, vous devez passer à travers les douleurs de la pratique avant de récolter des récompenses.

En 2017, Sloclap a lancé l’action/RPG sur le thème des arts martiaux Absolver, qui permet aux joueurs de concevoir leur propre système de combat alors qu’ils combattent d’autres joueurs en ligne dans un monde fantastique unique. Absolver a souffert de ses environnements stériles et de sa conception de quête sans inspiration, mais son combat de base était solide. Le jeu de suivi de Sloclap affine ce système de combat autour d’une aventure solo plus ciblée. La prémisse est prometteuse, même si l’exécution est imparfaite.

En son cœur, Sifu est une simple histoire de vengeance. Il y a huit ans, une bande de voyous mystérieux a brutalement assassiné votre maître, et vous avez consacré votre vie à les traquer et à faire régner la justice. Malheureusement, les meneurs de cette attaque se cachent derrière des dizaines de gardes du corps, et les chances ne sont pas en votre faveur. Mais là où vos adversaires ont le nombre, vous avez le don de la résurrection. Un talisman magique à votre hanche vous ravive lorsque vous tombez au combat. Le hic, c’est qu’à chaque fois que vous mourez, vous vieillissez. Chaque décès ajoute un chiffre à un compteur de décès qui dicte le nombre d’années que vous vieillissez pendant la renaissance. Par exemple, après votre premier décès, vous ne vieillissez qu’un an, mais après quelques renversements, vous pouvez perdre cinq ou six ans en quelques secondes. Ce système de vieillissement est un moyen pratique de suivre votre progression dans le jeu, et j’ai aimé voir la posture de mon personnage changer à mesure que les cheveux gris et les rides s’installaient.

Sloclap a conçu son système de combat autour des mouvements du Pak Mei kung fu, un art martial séculaire aux attaques fluides et souvent explosives. Ces personnages stylisés et ces animations fluides permettent des combats époustouflants inspirés des meilleurs films de Kung-Fu. En un instant, j’ai écrasé un ennemi contre une table, envoyant du verre brisé et des pieds de table dans toutes les directions. La seconde suivante, j’ai donné un coup de pied dans un panier à travers la pièce, envoyant un attaquant tomber au sol avant de briser une bouteille sur le visage d’un autre ennemi à proximité. Quand tout tourne sur tous les cylindres, les batailles de Sifu sont des ballets bien chorégraphiés d’os brisés. Et se tenir au sommet d’un tas d’ennemis battus est une ruée incroyable que j’ai poursuivie tout au long de l’expérience.

Malheureusement, naviguer parfaitement dans les batailles de Sifu nécessite une précision incroyable avec des exigences de chronométrage strictes qui nuisent au déroulement du jeu. Une utilisation experte des blocs, des esquives et des contres est nécessaire pour survivre dans ces rues méchantes, et une simple erreur vous expose à l’attaque d’un adversaire. Ces ennemis frappent également fort, enlevant une portion généreuse de votre barre de santé, ce qui est punitif. Vous gagnez un peu de santé en effectuant des éliminations avancées, mais cette récupération est maigre par rapport à ce que vous perdez lors d’un seul combo ennemi. Combattre des ennemis en meute augmente le défi, et vous devez maintenir une conscience de la situation et équilibrer chaque menace tout en distribuant la douleur. J’adore cet élément tactique ajouté au combat, mais je n’apprécie pas d’avoir à combattre simultanément la caméra ; les ennemis apparaissent parfois hors écran pour perturber vos combos, et ces attaques ressemblent à des tirs bon marché.

Terminer n’importe quel niveau de Sifu est un défi de taille mais gratifiant. Malheureusement, la structure du jeu exacerbe ce défi. Une fois que vous atteignez l’âge avancé de 70 ans, votre talisman se brise complètement et la partie est terminée. Lorsque cela se produit, vous devez recommencer complètement le niveau. Quelques raccourcis déverrouillables rendent chaque course sur un boss un peu plus gérable, mais j’en ai quand même marre de parcourir les mêmes zones à plusieurs reprises jusqu’à ce que j’aie perfectionné mon approche. Pour aggraver les choses, vous commencez chaque niveau à l’âge auquel vous avez terminé le niveau précédent. Cela a un sens logique, mais du point de vue du gameplay, cela m’a obligé à revisiter continuellement les niveaux précédents pour les terminer à un plus jeune âge, donc j’ai eu plus d’années pour jouer plus tard.

Au fur et à mesure que vous gagnez vos morceaux, vous gagnez également de l’expérience, que vous pouvez utiliser pour acheter de nouvelles capacités. Certaines de ces compétences semblent essentielles, comme la capacité de lancer des objets environnementaux sur des ennemis. Les sanctuaires disséminés dans l’environnement offrent des avantages supplémentaires tels que des dégâts d’arme améliorés ou une augmentation de la quantité de santé que vous récupérez après chaque retrait. Malheureusement, certaines capacités et avantages sont verrouillés à mesure que vous vieillissez, ce qui m’a obligé, une fois de plus, à revenir aux premiers niveaux pour acquérir suffisamment d’expérience pour débloquer ces compétences avant que je ne vieillisse définitivement. Tout ce processus était un peu épuisant.

Comme un combattant de 20 ans, Sifu sort de la porte fort. Son combat de base est excellent et l’action instantanée est meilleure que la plupart des superproductions hollywoodiennes. Malheureusement, au fur et à mesure que vous progressez, l’action commence à montrer ses dents et finit par devenir une corvée fastidieuse. Sifu mérite des accessoires pour son incroyable sens du style et du ton, mais c’est aussi un excellent exemple de la raison pour laquelle vieillir n’est pas toujours amusant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.