Par Mike Corder | Presse associée

LA HAYE, Pays-Bas – Les juges de la plus haute cour des Nations Unies ont rejeté vendredi les objections préliminaires du Myanmar à une affaire alléguant que la nation d’Asie du Sud-Est est responsable du génocide contre la minorité ethnique Rohingya.

La décision établissant la compétence de la Cour internationale de justice ouvre la voie à des audiences diffusant des preuves d’atrocités contre les Rohingyas qui, selon des groupes de défense des droits de l’homme et une enquête de l’ONU, violent la convention sur le génocide de 1948. En mars, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que la répression violente de la population rohingya au Myanmar, anciennement connue sous le nom de Birmanie, équivalait à un génocide.

Tun Khin, président de l’Organisation britannique des Rohingyas birmans, a salué la décision, affirmant que 600 000 Rohingyas « font toujours face à un génocide », tandis que « un million de personnes dans les camps du Bangladesh attendent un espoir de justice ».

La nation africaine de Gambie a déposé l’affaire en 2019 au milieu de l’indignation internationale face au traitement des Rohingyas, dont des centaines de milliers ont fui vers le Bangladesh voisin au milieu d’une répression brutale par les forces du Myanmar en 2017. Il a fait valoir que la Gambie et le Myanmar étaient parties à la convention de 1948 et que tous les signataires avaient le devoir d’en assurer l’application.

Les juges du tribunal ont accepté.

Lisant un résumé de la décision, la présidente du tribunal, la juge américaine Joan E. Donoghue, a déclaré : « Tout État partie à la convention sur le génocide peut invoquer la responsabilité d’un autre État partie, y compris par l’introduction d’une procédure devant le tribunal.

Un petit groupe de manifestants pro-Rohingyas s’est rassemblé devant le siège du tribunal, le Palais de la Paix, avant la décision avec une banderole indiquant : « »Accélérez la justice pour les Rohingyas. Les survivants du génocide ne peuvent pas attendre des générations.

Un manifestant a tamponné une grande photographie du chef du gouvernement militaire du Myanmar, le général en chef Min Aung Hlaing.

Le tribunal a rejeté les arguments soulevés lors des audiences en février par des avocats représentant le Myanmar selon lesquels l’affaire devait être rejetée parce que le tribunal international ne statue que sur les différends entre États et que la plainte Rohingya a été déposée par la Gambie au nom de l’Organisation de la coopération islamique.

Les juges ont également rejeté l’affirmation du Myanmar selon laquelle la Gambie ne pouvait pas déposer l’affaire car elle n’était pas directement liée aux événements au Myanmar et qu’il n’existait pas de différend juridique entre les deux pays avant le dépôt de l’affaire.

Le représentant du Myanmar, Ko Ko Hlaing, ministre de la coopération internationale du gouvernement militaire, a déclaré que son pays « fera de son mieux pour défendre notre pays et protéger nos intérêts nationaux ».

Le procureur général et ministre de la Justice de la Gambie, Dawda Jallow, a déclaré : « Nous sommes très heureux que justice ait été rendue.

Les Pays-Bas et le Canada ont soutenu la Gambie, déclarant en 2020 que le pays « avait fait un pas louable vers la fin de l’impunité pour ceux qui commettent des atrocités au Myanmar et le respect de cet engagement. Le Canada et les Pays-Bas considèrent qu’il est de notre devoir de soutenir ces efforts qui concernent l’ensemble de l’humanité.

Cependant, le tribunal a jugé vendredi qu’il « ne serait pas approprié » d’envoyer aux deux pays des copies des documents et des arguments juridiques déposés dans l’affaire.

L’armée du Myanmar a lancé ce qu’elle a appelé une campagne de déminage dans l’État de Rakhine en 2017 à la suite d’une attaque d’un groupe d’insurgés rohingyas. Plus de 700 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin. Les forces de sécurité du Myanmar ont été accusées de viols massifs, de meurtres et d’incendies de milliers de maisons rohingyas.

https://colab.research.google.com/drive/1JKtoTLSAy_gdiopQxJ4oTQN4D7c9XRoH

https://colab.research.google.com/drive/18StaW8Nrr52tl2BMB33IqBnHjZ-Iz_ok

https://colab.research.google.com/drive/1slLYiVCU2p6yzMzN8JXveCmlsN3hXOXi

https://colab.research.google.com/drive/1IH27V-TqrjFYHC_BU4yT_aXCya10NjRS

https://colab.research.google.com/drive/1X–UCNB02q-Es7MN0i_dgKHFiDfU4pTO

https://colab.research.google.com/drive/1aXXO6QDpCMqSXgG4p87hQuIVyNgg9PrF

https://colab.research.google.com/drive/10RVEaX_7mCJCPLb3dXwoRaWz2XJiOe6G

https://colab.research.google.com/drive/1NkjoAMSecblWaGdQC3gdqbtaBS8GwCLn

https://colab.research.google.com/drive/15oG7jG9K79kJ1wLnPI96e9f1Px06KI8Z

https://colab.research.google.com/drive/1qKapKk-uoHvTPlmUMlbyGjLJrxDuD5RT

https://colab.research.google.com/drive/1oyhz7Zpxg8ayJYeBc4Nv8OmoF1EEJeDw

https://colab.research.google.com/drive/1bGV8MOeDEgVOWW_WLxjyn-D_aQuOBQnD

https://colab.research.google.com/drive/1fmTad0y5JXsJFq8s1TjBNrfpOJH0te_Y

https://colab.research.google.com/drive/1QjVBSZGtL1zV-Oiosz3Ef8du_8G1zT35

https://colab.research.google.com/drive/1ucgTCDjTLDD7sJmBkSpDiUsu8cDRh6Mp

https://colab.research.google.com/drive/1J8DZ7qsHI0haJCiBy6RG0rhyqt5IDZrX

https://colab.research.google.com/drive/1kn8OsPg2IQff1oYjBFAORI9pmNh1Vxp5

https://colab.research.google.com/drive/1-BAs-RZadVywmmaunaq4D0Yim2cwQ0_8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.